SESSION#4 La ville carrefour d’initiatives


Traversées par une pluralité d’enjeux socioéconomiques, environnementaux et sanitaires, les villes apparaissent comme un véritable terrain d’actions publiques, associatives et entrepreneuriales. Leurs fondations, entre concentration humaine et croisement des savoirs, limites et opportunités, sont celles d’un berceau d’initiatives et de concepts novateurs, révélant la ville comme un lieu d’activités plurielles et d’évolution continue. En parallèle, la saturation des espaces et la densité démographique qui les caractérisent forment une diversité d’obstacles, tant réglementaires qu’organisationnels, qui invitent les acteurs urbains à innover pour dépasser ces aspérités.

Parmi les enjeux capitaux dont une ville doit se préoccuper, se trouve la question de l’approvisionnement alimentaire, véritable moyen d’assurer sa résilience. C’est dans l’optique de dessiner l’éventail des possibles que nous avons construit cette quatrième et dernière session autour des centres urbains. Comment répondre à une telle concentration de besoins ? Quelle place pour l’approvisionnement alimentaire dans l’aménagement des villes ? L’organisation entre producteurs, l’optimisation de la distribution, la logistique urbaine ou encore l’intérêt grandissant à l’égard des valeurs éthiques et environnementales des produits, sont autant d’impératifs que la ville tend à maîtriser en donnant lieu à des initiatives complémentaires.

Ainsi, en réponse à de nouveaux modes de consommation, Deliveroo Editions innove en met-tant des cuisines partagées à disposition des professionnels, et en se chargeant de la livraison à domicile des plats cuisinés. Son caractère controversé et les risques d’émergence de nouveaux problèmes liés à son fonctionnement font de cette initiative un sujet des plus pertinents à étudier. En second lieu, la question de l’écoresponsabilité des produits alimentaires et l’importance croissante que les consommateurs y accordent trouvent une proposition concrète avec l’introduction d’un label basé sur des critères « éthiques ». Cette approche est celle des créateurs du label Ecotable, dont l’ambition est de distinguer les restaurateurs attachés à des démarches responsables sur les plans social et environnemental et d’encourager, par ce biais, les autres acteurs de la filière à s’imprégner de tels procédés.

Sur un tout autre niveau de réflexion, il était également question de penser l’approvisionnement des denrées alimentaires et la complexité logistique qui en découle du fait de la densité des besoins et de la demande sur un territoire restreint. Ainsi, pour optimiser la distribution de ces produits, les professionnels du secteur mettent en place des actions collectives visant à acquérir de nouvelles aptitudes et à favoriser l’investissement, plus difficile à acquérir à l’échelle individuelle. À ce titre, un collectif montpelliérain de producteurs-transformateurs a souhaité mutualiser les fonctions avales en s’appuyant sur les compétences de logistique du marché d’intérêt national (MIN).

Enfin, pour boucler un cercle qui est espéré durable, il est primordial de saisir l’enjeu des déchets organiques et de leur mode de traite-ment. De fait, en considérant l’impact environne-mental lié au transport, les différentes méthodes de transformation des déchets et l’intérêt professionnel de ces tâches, un duo d’entrepreneurs a su mettre en place une entreprise de valorisation des déchets au sein même de Paris. Ils ont, par ce biais, développé un service adapté aux contraintes sanitaires et spatiales du territoire urbain, permettant aux professionnels de la restauration de voir leurs restes alimentaires valorisés en produit, à travers un système de récupération et de traite-ment faible en émission de CO2.

Au cœur des préoccupations de l’alimentation durable, se retrouve ainsi la volonté d’accroître l’offre alimentaire dite responsable, de pérenniser et de stimuler l’économie agroalimentaire d’un territoire, à savoir les producteurs, les entreprises ainsi que les distributeurs locaux, pour atteindre des finalités de préservation de l’environnement et de la santé des populations. Les villes se pré-sentent, à ce titre, comme un terrain fertile de solutions et de leviers pour tendre vers une alimentation durable. Ces quelques initiatives n’étant en effet qu’une représentation infime de l’étendue des possibles des systèmes alimentaires urbains.

Hélène Jaillant, Loïc Le Bacquer, Gladys Legallois, Mehdi Sakji

Mehdi Sakji

MOTS-CLÉS : DISTRIBUTION, CUISINE, MARCHANDISATION, MODES DE CONSOMMATION, PROXIMITÉ Dans les secteurs très concurrentiels de la foodtech et de la livraison de repas cuisinés, (...)

Gladys Legallois

MOTS-CLÉS : VALORISATION DE BIODÉCHETS, COMPOSTAGE, CIRCUIT COURT, VÉGÉTALISATION DES VILLES Télécharger la vidéo de Gladys En fin de cycle de ce qui est aujourd’hui appelé les systèmes (...)

Loïc Le Bacquer

MOTS-CLÉS : DURABLE, LABEL, RESTAURANT, ÉCORESPONSABLE, CONSOMMATEUR Télécharger la vidéo de Loïc Les labels sont un moyen de rendre visibles les efforts fournis par une organisation pour (...)

Hélène Jaillant

MOTS-CLÉS : CIRCUITS COURTS DE PROXIMITÉ, GROUPEMENT DE PRODUCTEURS-TRANSFORMATEURS, MARCHÉ D’INTÉRÊT NATIONAL, ACTION COLLECTIVE, INNOVATION ORGANISATIONNELLE Télécharger la vidéo d’Hélène (...)