Industries agro-alimentaires et produits allégés

Ces dernières années, les industries agroalimentaires ont développé une large gamme de produits dits « allégés ». Or, par exemple, dans des produits allégés en matières grasses, celles-ci peuvent être remplacées par d’autres ingrédients tels que du sucre. Les bénéfices sur l’apport calorique sont donc nuls. De plus, par « effet de halo », les mangeurs ont tendance à consommer un produit dit « allégé » en plus grande quantité qu’un produit classique. Le marketing, et particulièrement les allégations écrites sur le packaging des aliments, ont une influence physiologique directe. De ce fait, l’allégation « allégé » favorise la sécrétion d’hormones stimulant l’appétit, comme la ghréline.
Si les bénéfices santé des produits light sont parfois discutés, le plaisir qu’ils provoquent est-il toutefois identique à celui procuré par des produits classiques ? Les industries agroalimentaires sont source d’innovation sur cette question, en créant notamment de nouveaux arômes alimentaires. Dans un objectif de nutrition-santé, ces arômes sont utilisés afin de réduire la quantité de sucre, de sel ou de matières grasses dans les aliments, tout en conservant le goût du produit de référence, donc le plaisir associé à sa consommation.
Mais la tendance étant à un retour de naturalité, quel est le degré d’acceptation de ces produits auprès des consommateurs ?


6e colloque international, Se nourrir de plaisir, 2016. Session 1 - La physiologie du plaisir, Isabelle Cayeux, « Arômes pour l’industrie agro-alimentaire : perceptions et émotions » (à regarder entre 9:44 et 14:50)