Gastronomie identitaire

L’alimentation est un phénomène collectif. Les représentations sociales du groupe auquel appartient le mangeur se retrouvent dans le partage du repas, dans sa préparation et dans la construction du goût. La gastronomie japonaise se distingue par exemple par son goût prédominant pour le « naturel », définissant à la fois le frais, avec une présentation soignée, et la saisonnalité.
L’alimentation et les savoirs/usages/croyances liés constituent une identité de groupes sociaux. La gastronomie permet alors de valoriser une culture, un terroir, etc., au travers d’une nourriture spécifique. Pour autant, en s’articulant avec de nouveaux enrichissements – intergénérationnel, interculturel, etc. – ces « traditions » sont en constante évolution. Ainsi, l’alimentation, constitutive d’une culture en évolution, lie entre eux les individus d’un même groupe social tout en définissant leurs différences face aux membres d’un autre groupe.
Une dichotomie entre pouvoir fédérateur et force compétitive définit donc la gastronomie. Cela est par exemple évident dans la stratégie « gastro-diplomatique » du Pérou. À travers la création d’une « nouvelle cuisine péruvienne », le Pérou a construit un discours fédérateur et promeut une certaine fierté nationale. En même temps, il se présente comme un pays compétitif utilisant sa gastronomie pour améliorer son image à l’international.
Pour autant, même si manger avec ceux qui ne partagent pas les mêmes goûts et les mêmes interdits peut nécessiter quelques ajustements, l’alimentation constitue un parfait média de partage de ces différences.


1er colloque international, Alimentation durable : un bien partagé ?, 2012. Claude Fischler - Conférence inaugurale
4e colloque international, Que mangeait-on hier ? Que mangera-t-on demain ?, Session 2 - Que mangera-t-on demain ?, Discussion entre Michel Bras et Raul Matta
6e colloque international, Se nourrir de plaisir, 2017. Session 1 - La physiologique du plaisir, Ikuhiro Fukuda, « La construction subtile du goût naturel dans la tradition japonaise »