Accueil > Rencontres > Conférences > 2017/ Manger en ville : une défiance durable ?

2017/ Manger en ville : une défiance durable ?

Symposium international organisé par la Chaire Unesco Alimentations du monde (Montpellier SupAgro et Cirad), l’UMR Moisa (Cirad, Inra, Montpellier Supagro, Ciheam-IAM), l’OCHA (Cniel) et le Centre Edgar Morin de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC)

Paris, Unesco, 6 décembre 2017

La troisième journée du symposium international "Manger en Ville" s’est déroulée en deux temps : une matinée de synthèse des deux journées de la veille avec des présentations sur la façon dont la défiance se manifeste dans les pays nouvellement industrialisés. L’après-midi ouvrira la discussion, de la nutrition au politique, du symbolique à l’écologique, et proposera une première approche interdisciplinaire de cette dévorante défiance.

Dans de nombreux pays, la question de la confiance et de la défiance a pris récemment une acuité considérable : on note un déclin sinon un effondrement de la confiance consentie au politique et à l’État, à la presse et aux media, aux institutions en général, aux grandes entreprises et à leurs marques. Or en matière d’alimentation, la méfiance est ancienne et même inhérente à la condition d’omnivore. En outre, diverses crises de sécurité sanitaire, depuis les années soixante-dix, se sont succédé, aggravant cette méfiance primordiale et aggravées par elle, au point de la transformer en défiance. La charge de la preuve est comme inversée : il convient de se méfier a priori, jusqu’à preuve du contraire.

Dans la perception des consommateurs, les produits alimentaires transformés par l’industrie et issus de la production agricole dite intensive ont de plus en plus mauvaise presse. Ils sont réputés sans goût et moins sains. La nocivité de certain ingrédients et additifs est dénoncée. Des acteurs industriels sont accusés de tromperie et le marketing de manipulation. L’agriculture intensive et l’alimentation de masse sont pointées comme responsables d’une perte de sens du manger. Mais dans le contexte récent, d’autres dimensions se sont ajoutées à ces perceptions, aggravant à l’extrême les tensions de notre rapport au manger tout entier. C’est d’abord la montée des périls écologiques : pollutions, climat, atteintes à la biodiversité, épuisement des ressources, bactéries multi-résistantes, etc. C’est aussi la question du rapport homme-animal, dont l’émergence en France est plus tardive qu’ailleurs mais d’autant plus aiguë. Peut-il y avoir une alimentation durable avec une telle tendance à la défiance ?

Ces turbulences sont particulièrement conductrices d’émotions. Peur, colère, dégoût constituent un terreau favorable à la formation et à la propagation de thèses et de croyances prenant la forme de rumeurs, de légendes urbaines ou de théories plus ou moins controversées sinon « alternatives ». Aujourd’hui circulent de plus en plus largement des récits mettant en cause des aliments familiers. Les craintes et accusations prennent, dans leurs manifestations les plus radicales, un tour de plus en plus clairement politique. La mise en cause de « Big Food » établit très naturellement des passerelles avec celle de « Big Pharm », la suspicion des aliments avec celle des vaccins et de la médecine. Une première lecture insiste sur les liens entre cette dénonciation des « gros » et les discours anticapitalistes et/ou populistes, aussi bien « mainstream » qu’alternatifs et/ou complotistes. Une autre lecture considère les effets des critiques, qu’elles proviennent des marges ou des institutions plus installées, dans l’évolution du système dominant, et s’intéresse à la redistribution des pouvoirs qui accompagne la défiance et sa gestion. Les réseaux sociaux favorisent-ils la création de « bulles cognitives » où l’entre soi reconstruit de la confiance et amplifie la défiance vis-à-vis de ce qui est externe ? Une troisième lecture s’intéresse à la manière dont les grands acteurs économiques écoutent, recyclent et répondent à la défiance, tout comme le capitalisme « digère » ses critiques.

Ainsi, la défiance du mangeur reflète et nourrit à la fois la défiance du citoyen. Elle en est en même temps la métaphore et la métonymie. La défiance ronge et dévore le mangeur, le citoyen et la société, tandis que le mangeur, plus ou moins contraint et forcé, la dévore à son tour.

Découvrez le document de présentation de la journée avec le programme, biographies des intervenants et synthèse des présentations :

Télécharger le document

Programme complet

Ouverture et présentation de la synthèse des deux journées précédentes : « Regards socio-anthropologiques sur les styles alimentaires urbains en Afrique, Amérique latine et Asie »

Nicolas Bricas, Directeur de la Chaire Unesco Alimentations du Monde

Chelsie Yount-André, Anthropologue de l’alimentation

Deux témoignages sur la défiance dans des villes d’Inde et du Maroc.

Shagufa Kapadia, Issues of Trust and Distrust in Eating among Urban Middle Class Youth in India

Hayat Zirari, De ces nouveaux « prédicateurs de l’alimentaire »

Regards socio-anthropologiques sur la défiance.

Olivier Lepiller, Lectures de la défiance

Jocelyn Raude, Alimentation, vaccination, contraception : la médecine préventive à l’épreuve du désenchantement technoscientifique

Emmanuelle Lefranc, La défiance en action : des pratiques alimentaires comme dispositif de résistance

Damien Conaré, Animateur de la session, Secrétaire général de la Chaire Unesco Alimentations du monde

Table ronde : Regards croisés des mondes scientifique, politique et industriel.

Emmanuel Faber, Président Directeur Général de Danone

Guillaume Garot, Député de la Mayenne et Président du Conseil national de l’alimentation

Marion Guillou, Présidente d’Agreenium

Véronique Pardo, Animatrice de la table ronde, Anthropologue, Responsable de l’OCHA (Observatoire Cniel des habitudes Alimentaires).

Conclusion générale

Bruno Hérault , Directeur du Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation