Accueil > La Chaire > Présentation

Présentation


« Décloisonner les disciplines scientifiques sur l’alimentation et soutenir les différents acteurs du changement pour promouvoir des systèmes alimentaires plus durables »

Au printemps 2011, Montpellier SupAgro a créé une Chaire en alimentations du monde, labellisée par l’UNESCO dans le cadre du programme international Unitwin/Chaires UNESCO, en partenariat avec les institutions d’Agropolis International.

L’objectif de la Chaire est d’accroître et de diffuser les connaissances théoriques et empiriques sur les systèmes alimentaires dans le monde (urbains notamment), sur leur diversité, leurs dynamiques et leurs impacts sur l’Homme et l’environnement, dans un objectif de développement durable : amélioration qualitative des diètes alimentaires, réduction des inégalités d’accès à l’alimentation, itinéraires techniques de production et logistique optimisés, limitation du gaspillage alimentaire et recyclage des déchets, filières à ancrage territorial, pratiques alimentaires, etc.

La Chaire s’appuie pour cela sur un réseau de chercheurs et d’enseignants à Montpellier, en France et dans le monde, impliqués notamment dans les instances de direction de la Chaire et dans son réseau international Unitwin (University Twining and Networking).

Les activités de la Chaire s’organisent autour de trois champs thématiques :
- les systèmes alimentaires urbains : les villes concentrent de nombreux problèmes de durabilité des systèmes alimentaires mais inventent aussi de nouvelles façons de produire, échanger et consommer. Dans quelle mesure ces innovations sont-elles porteuses de solutions ?
- les initiatives locales et citoyennes : dans le domaine de l’alimentation, de multiples initiatives voient le jour. Dans quelle mesure peuvent-elle faire sens et système ?
- la diversité : c’est le respect et le maintien de la diversité des systèmes alimentaires, sans nier les inégalités, qui pourra assurer leur résilience.

La Chaire contribue à trois types d’activités :
- la formation, pour donner de l’ampleur à notre réseau de partage de convictions, vis-à-vis d’un jeune public notamment
- la coordination de programmes de recherche multidisciplinaires, notamment sur la thématique de l’alimentation urbaine
- le dialogue sciences-société comme un moyen d’informer la décision publique et d’orienter les problématiques de recherche en fonction des préoccupations des différents acteurs.