Accueil > Formations > * Séminaire sur les enjeux contemporains de l’alimentation > Séminaire 2019 > Benoît DAVIRON : « Du solaire au minier, une histoire de la place de (...)

 

Benoît DAVIRON : « Du solaire au minier, une histoire de la place de l’agriculture dans le développement »

Mercredi 9 octobre
Benoît DAVIRON (CIRAD) : « Du solaire au minier, une histoire de la place de l’agriculture dans le développement »

Retrouvez la présentation de Benoit Daviron

« Le cœur de mon intervention portait sur les implications pour l’agriculture et les usages de produits agricoles, du passage des sociétés d’un régime métabolique solaire à un régime métabolique minier. On a eu au cours du XVIIIe – XIXe avec la révolution industrielle, un changement majeur de ces régimes métaboliques où on est passé de sociétés dont le métabolisme reposait avant tout sur de la biomasse, c’est-à-dire des produits issus du vivant ou des produits vivants ou tirés du vivant, à des sociétés dont le métabolisme repose de plus en plus sur des ressources du sous-sol. Le plus marquant était le pétrole et le charbon.
Le premier temps, c’est le XIXe siècle. Ce qui marque l’agriculture à ce moment-là, ce qui va transformer l’agriculture à ce moment-là, c’est le dynamisme des fronts pionniers. Les colonisations par l’agriculture de territoires qui étaient précédemment des territoires de sociétés pastorales ou de sociétés de chasseurs-cueilleurs. C’est ce qui marque le XIXe siècle : la possibilité d’aller chercher très loin de la biomasse.
Le deuxième temps du régime métabolique minier du point de vue de l’agriculture, c’est le XXe siècle. Avec deux transformations majeures :
-  La première c’est qu’on va avoir une disparition progressive des usages non alimentaires de la biomasse et en particulier des produits agricoles.
-  La deuxième transformation c’est le fait qu’on va accroitre la production non plus en étendant les surfaces comme au XIXe siècle avec les fronts pionniers, mais en injectant des quantités croissantes d’énergie fossile dans la production agricole elle-même.
Voilà donc les deux ruptures qui vont transformer radicalement les rapports à l’agriculture et à la biomasse. »
Benoit Daviron

Re-découvrez son intervention complète :

 

À lire aussi

Pourquoi faudrait-il lutter contre le gaspillage alimentaire ? (Nicolas Bricas)

Pourquoi un tel engouement depuis quelques années pour la lutte contre le gaspillage alimentaire ? Certes il y a une dimension morale à lutter contre le fait (...)