Accueil > Ressources > Parcours thématique

Dernières ressources
Urban governance for food security (...)

With a population of 2.5 million people, the city of Belo Horizonte, (...)

A long food movement : transforming (...)

In this report, IPES-Food and the ETC Group map out two very different (...)

Towards a common food policy for (...)

This report argues for a Common Food Policy for the European Union : a (...)

Rechercher dans l’ouvrage

Filtres
Type de ressource
Maillon de la chaîne alimentaire
Dimension de l’alimentation
Date
Langue
Source
+ de filtres

Parcours thématique

Parcours thématique

Vous pouvez découvrir le contenu de notre ouvrage “Une écologie de l’alimentation” en suivant le parcours thématique ci-dessous. Vous pouvez aussi effectuer directement une recherche par mot clé.

Une écologie de l’alimentation c’est :

  • Le résultat d’une capitalisation de 10 ans de test d’une vision « globale » des enjeux alimentaires, reconnue utile par des acteurs aux visions fragmentées.
  • Un propos d’étape qui n’est pas aboutissement mais plutôt ouverture à concevoir autrement l’alimentation et à en faire un champ expérimental pour repenser nos rapports au monde.
  • L’ouverture à de multiples travaux avec le risque d’une éternelle incomplétude des explorations.

Dessin de Nathalie Le Gall, Montpellier, 2021

Une écologie de l'alimentation

« L’alimentation façonne nos vies […] Nous ne sommes peut-être pas conscients de son influence, mais elle est partout : même dans les parties de notre cerveau qui ne cessent de s’interroger sur le sens de la vie. Les effets de l’alimentation sont à tel point omniprésents qu’ils peuvent être difficiles à repérer, c’est pourquoi apprendre à voir à travers le prisme de l’alimentation peut être si révélateur. On perçoit une connectivité remarquable : une énergie qui circule dans notre corps et dans le monde, reliant et animant tout sur son passage. » Carolyn Steel, Sitopia (2020)

Chapitre 1L’alimentation pour se relier à soi

Où il est annoncé que l’alimentation, au-delà de sa fonction biologique de préservation de la santé, nous relie à nous-même. Elle est source d’expériences sensorielles et de plaisirs, support de la construction de nos identités individuelles et collectives, et peut constituer une forme d’optimisation de soi. Ce que nous mangeons aujourd’hui façonne le devenir de nos corps et de nos esprits, et donc ce que nous serons demain.

Chapitre 2L’alimentation pour se relier aux autres

Où l’alimentation est présentée comme un moyen de s’inscrire dans un collectif, de se relier à d’autres êtres humains : à table, lorsqu’on partage de la nourriture ; au marché, au travers des sociabilités qui s’instaurent dans les relations marchandes ; en voyage, quand la nourriture permet de découvrir la culture locale…

Chapitre 3L’alimentation pour se relier à la biosphère

Où nous sommes invités à nous penser comme partie intégrante de la nature – voire même comme un écosystème complexe en soi – et à considérer les différentes manières dont l’alimentation nous met en lien avec l’espace qu’on occupe et avec le vivant que nous côtoyons et ingérons.

« Ce qui caractérise aujourd’hui aussi bien la consommation que la production alimentaires, c’est la tendance à la généralisation d’un modèle industrialisé qui se “tertiarise”. La consommation et la production de masse sont le résultat du processus d’industrialisation de l’ensemble des filières qui composent le système alimentaire. » Jean-Louis Rastoin, Le système alimentaire mondial (2010)

« L’écologie s’intéresse aux liens des vivants entre eux et avec leurs milieux. Elle conçoit les êtres non plus comme des atomes, mais comme des nœuds dans un réseau complexe d’interactions et d’interdépendances […]. Nous appartenons à des communautés nombreuses et entrelacées. Nos engagements et nos pratiques s’en trouvent dès lors transformés. » Virginie Maris, Corine Pelluchon et Pablo Servigne, Relions-nous ! (2021)

« La destinée des nations dépend de la manière dont elles se nourrissent. » Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût (1825)

« Exister cʼest “entre-exister”. Vous ne pouvez pas exister seul, de vous-même. Vous ne pouvez exister qu’en interdépendance avec tout ce qui existe. » Thich Nhat Hanh, The Heart of Understanding (1988)